Menu
Join the Club

Get the best of Editoria delivered to your inbox weekly

Les bijoutiers de Forms fabriquent des pièces inhabituelles et sculpturales

Forms n'est pas un nom connu de tous, mais cette maison de joaillerie de Hong Kong attire l'attention par son style contemporain inhabituel.Une boucle japonaise datant de la fin du 19e siècle a inspiré la dernière obsession de Tzvika Janover, cofondatrice de la société. La boucle a été fabriquée dans un alliage japonais d'or et …

Forms n’est pas un nom connu de tous, mais cette maison de joaillerie de Hong Kong attire l’attention par son style contemporain inhabituel.

Une boucle japonaise datant de la fin du 19e siècle a inspiré la dernière obsession de Tzvika Janover, cofondatrice de la société. La boucle a été fabriquée dans un alliage japonais d’or et de cuivre appelé shakudo, dont la patine brune veloutée ne ressemble à rien de ce qu’il avait vu auparavant.

La recette du shakudo est inconnue ; chaque métallurgiste japonais avait sa propre recette secrète. M. Janover était déterminé à la recréer lui-même, un processus qui a fini par nécessiter plus d’un an d’expérimentation avec des alliages pour obtenir ce qu’il a dit être la même patine riche et la même durabilité que le matériau d’origine.

Il a utilisé ce métal lustré sombre, à la fois frappant et subtil, pour créer une bague sculptée, sertie d’un rare diamant brun-orange de 6,5 carats, ainsi qu’une paire de boucles d’oreilles shakudo, chacune ornée d’une goutte de péridot vert de 8 carats et de détails en diamant.

Forms, une maison de joaillerie qui vend par l’intermédiaire de son salon à Hong Kong et d’un bureau à Genève, a présenté les nouvelles pièces à la TEFAF, la foire de la Fondation européenne des beaux-arts, à Maastricht, aux Pays-Bas, en mars dernier.

Manon van den Beuken, directrice de TEFAF Maastricht, a déclaré que « TEFAF a pour but de célébrer l’artisanat et le travail de la main humaine à travers les âges, et Forms incarne parfaitement cet esprit. » Elle a décrit les pièces comme de « véritables œuvres d’art ».

La maison de joaillerie attire des collectionneurs locaux et internationaux qui viennent d’Europe et du Moyen-Orient. Avec des prix commençant à 50 000 dollars, les bijoux attirent les collectionneurs qui apprécient les pierres uniques et les prouesses techniques, selon M. Janover.

Il a créé Forms avec Elad Assor en 2009, et la maison ne crée pas plus de 100 pièces par an. Chaque bijou est différent, centré sur des pierres rares et des coupes de pierres inhabituelles, et forgé avec des techniques pionnières et des métaux tels que l’aluminium, le titane et l’acier.

L’esthétique contemporaine est épurée, souvent monochrome, et fait appel à des techniques complexes pour sertir les gemmes côte à côte sans pinces. L’une de ces techniques, que M. Janover appelle un sertissage « fluide », donne l’illusion que les pierres flottent.

Un rubis triangulaire rose vif, par exemple, est serti au ras d’un diamant blanc triangulaire, de sorte qu’ils apparaissent comme une seule pierre dans une monture en aluminium rose violacé. La bague ornée de ces pierres a été inspirée par la série de photographies colorées « Solstice » de l’artiste belge Isabelle Menin.

Une paire de boucles d’oreilles créée avec des lignes de saule en titane bleu serties de centaines de diamants a été inspirée par les peintures de cascades de l’artiste japonais Hiroshi Senju. Dans une autre paire de boucles d’oreilles, deux tourmalines Paraiba de 3,85 carats en forme de poire ont été serties dans de l’aluminium bleu ton sur ton, entourées de diamants taille marquise, sans aucun sertissage métallique visible, afin de créer un effet léger et aérien.

« Chaque pièce nécessite beaucoup de passion et de patience pour être fabriquée, ce sont les qualités les plus essentielles que nous recherchons chez nos collaborateurs lors des ventes aux enchères », a déclaré Karen Au Yeung, spécialiste principale du département des bijoux de Christie’s Asie à Hong Kong. Au cours des deux dernières années, elle a proposé quelques pièces Forms aux enchères et toutes ont dépassé leurs estimations avant la vente. En mai 2023, une paire de boucles d’oreilles en diamant et rubis birman ressemblant à des roues d’épingle s’est vendue pour 1 638 000 dollars de Hong Kong (209 562 dollars) au-dessus d’une estimation maximale de 880 000 dollars de Hong Kong.

Plutôt que de créer des collections entières, M. Janover et son équipe conçoivent des pièces qui « n’ont pas un certain style », a-t-il déclaré. « Nous nous ennuyons facilement, c’est pourquoi nous cherchons toujours à découvrir de nouveaux matériaux et de nouvelles techniques. »

Il collabore sur les créations avec ses collègues : M. Assor ; Flora Wong, la directrice de l’entreprise qui l’a rejoint en 2021 en provenance du département des bijoux de Sotheby’s à Hong Kong ; et leur équipe interne d’artisans.

Le pouls de l’entreprise est l’atelier, situé au siège de l’entreprise dans le quartier central de la ville. Il fonctionne comme un laboratoire, où l’équipe recherche et teste de nouvelles idées. Nikita Travin, le directeur du design et artisan chevronné qui a rejoint l’entreprise en 2015, dirige une équipe d’une dizaine d’artisans qui créent des pièces du début à la fin, en commençant par mélanger des alliages métalliques et tailler des pierres, puis en passant à la sculpture de pièces et au sertissage de pierres précieuses.

Les partenaires commerciaux ont grandi dans des familles qui travaillaient dans l’industrie de la bijouterie. La famille de M. Janover possède des ateliers de taille de diamants en Belgique et en Afrique du Sud, ainsi que des usines en Asie. M. Assor travaillait dans le marketing et les ventes pour une grande société de diamants en Asie lorsqu’ils se sont rencontrés il y a 20 ans.

Lorsqu’ils ont créé Forms, ils ont d’abord fabriqué de somptueux bijoux de tapis rouge pour des marques et des clients privés dont ils préfèrent taire l’identité. Cependant, M. Janover a déclaré : « Nous ne nous sentions pas liés à ces grandes pièces massives. »

Après quelques années, ils se sont tournés vers des pièces plus expérimentales.

Leur salle d’exposition à Hong Kong ressemble à un salon rempli de lumière naturelle, de chaises confortables et d’un canapé.

« Ils ont une relation intime avec leurs clients, c’est pourquoi nous voulions que l’espace ressemble à un salon confortable », explique Yacine Bensalem d’In Situ & Partners, l’architecte qui a conçu l’espace. Il a utilisé du bois naturel contrasté avec des murs laqués très brillants dans des tons de rubis, d’émeraude et de jade. « C’est cohérent avec leurs bijoux, qui utilisent des pierres très polies avec du métal à la finition mate », a-t-il ajouté.

Curieusement, il n’y a pas de bijoux exposés en permanence. Avant qu’une cliente n’arrive au salon de coiffure sur rendez-vous, l’équipe de Formes fait une sélection pour cette cliente et la dispose sur une longue table de salle à manger.

M. Janover s’enthousiasme lorsqu’il montre aux visiteurs sa chambre forte, qui est tapissée du sol au plafond de plateaux contenant sa collection de milliers de pierres et d’objets, notamment des agates anciennes, de l’ambre de la Baltique, des os de dinosaures et des perles de Mésopotamie.

Depuis que la maison a été exposée à la TEFAF, M. Janover a remarqué que de plus en plus de gens s’intéressent à ses bijoux. Cependant, dit-il, il n’a pas l’intention d’augmenter la production : « Chaque pièce part de zéro et c’est ce qui est amusant dans le processus ».

Join the Club

Like this story? You’ll love our monthly newsletter.

Karoline G.

Karoline G.

Comments

You may also like

Les ventes de De Beers chutent en raison de la faiblesse persistante du marché