Menu
Join the Club

Get the best of Editoria delivered to your inbox weekly

Il y a 100 ans, la plongée à la perle était l’élément vital de la société des îles Farasan

Il y a exactement 100 ans, la plongée aux perles faisait vivre l'économie et la société des îles Farasan. Chaque année, au début du mois de mai, des capitaines de navire et des plongeurs qualifiés quittaient leur famille pour se lancer dans une dangereuse quête de quatre mois à la recherche de perles naturelles au …

Il y a exactement 100 ans, la plongée aux perles faisait vivre l’économie et la société des îles Farasan. Chaque année, au début du mois de mai, des capitaines de navire et des plongeurs qualifiés quittaient leur famille pour se lancer dans une dangereuse quête de quatre mois à la recherche de perles naturelles au large des côtes de l’Arabie saoudite, dans la mer Rouge.

Pour atteindre les bancs d’huîtres, les plongeurs utilisent des poids aux pieds pour descendre de plus de 12 mètres. Une ligne de vie les reliait à leur support de surface qui les aidait à remonter. En échange de la remontée des plongeurs, ces assistants recevaient une part (appelée « dangeel ») des huîtres collectées. Les plongeurs de perles étaient capables de retenir leur souffle sous l’eau pendant cinq minutes.

La journée de travail des plongeurs commençait juste après le lever du soleil, la collecte des mollusques se poursuivant jusqu’à midi. Elle était suivie d’une période de repos. L’après-midi, les plongeurs s’attelaient à la tâche laborieuse d’ouvrir les huîtres (le « fulq ») à la recherche d’insaisissables perles naturelles.

Selon l’Agence de presse saoudienne, les tâches de plongée étaient divisées en cycles de cinq jours. Le butin des quatre premiers jours appartenait au plongeur, tandis que celui du cinquième jour revenait à l’armateur.

Sept tamis en cuivre, dont les trous étaient de plus en plus petits, étaient utilisés pour trier les perles par taille. Le prix le plus insaisissable était la perle « Al-Dana », caractérisée par sa grande taille, son éclat brillant et l’absence de défauts. Ce type de perle était si convoité qu’il a donné naissance à sa propre forme de musique folklorique. Ce genre mélancolique, né des profondeurs de la mer, servait d’exutoire à la nostalgie des marins pour leur maison et leurs proches.

Les perles naturelles sont extrêmement rares car elles sont créées par les mollusques au hasard, sans intervention humaine. Lorsqu’un grain de sable ou un irritant similaire se glisse entre la coquille du mollusque et le tissu de son manteau, le processus commence. Pour se protéger, le mollusque sécrète instinctivement plusieurs couches de nacre, une matière iridescente qui finit par devenir une perle.

Les perles de culture, en revanche, sont créées avec l’intervention de l’homme – lorsqu’une perle est enfoncée dans le corps du mollusque pour stimuler la sécrétion de nacre.

L’industrie de la plongée perlière de Farasan a prospéré il y a un siècle, comme en témoigne la construction de la mosquée Najdi et de superbes maisons financées par les commerçants de perles prospères des années 1920. Certaines d’entre elles sont aujourd’hui des destinations touristiques.

À la fin du mois d’avril et au début du mois de mai de chaque année, le festival Hareed des îles Farasan rend hommage au patrimoine local en matière de pêche et de plongée dans les perles. Bien qu’elle constitue toujours une partie importante de l’histoire des Farasan, la récolte des perles naturelles a perdu de son importance économique avec l’avènement des perles de culture et des perles artificielles.

Crédits : Images avec l’aimable autorisation de l’Agence de presse saoudienne.

Join the Club

Like this story? You’ll love our monthly newsletter.

Lunes Foucart

Lunes Foucart

Comments

You may also like

Les ventes de De Beers chutent en raison de la faiblesse persistante du marché