Menu
Join the Club

Get the best of Editoria delivered to your inbox weekly

Micro soudure pour la bijouterie

Temps de lecture : 7 minutesL'intégration des nouvelles technologies aux techniques traditionnelles de la bijouterie et de la métallurgie crée de grandes opportunités pour développer des méthodes d'artisanat nouvelles et innovantes. L'introduction de la soudure à l'arc pulsé dans ma propre pratique s'est avérée être un catalyseur pour une nouvelle phase passionnante d'exploration des matériaux …

Temps de lecture : 7 minutes

L’intégration des nouvelles technologies aux techniques traditionnelles de la bijouterie et de la métallurgie crée de grandes opportunités pour développer des méthodes d’artisanat nouvelles et innovantes. L’introduction de la soudure à l’arc pulsé dans ma propre pratique s’est avérée être un catalyseur pour une nouvelle phase passionnante d’exploration des matériaux et de génération d’idées, qui a cimenté cet outil polyvalent en tant qu’élément central de mon artisanat.

Ma première expérience avec un soudeur à l’arc pulsé s’est faite avec le maître orfèvre Jeffrey Herman. Il m’a montré comment il parvenait à réparer plus efficacement les pièces d’argent antiques et me l’a recommandé comme un outil essentiel pour les travaux de restauration. Voyant la polyvalence de cette technologie, j’ai commencé à réfléchir à la façon dont elle pourrait être intégrée à ma pratique en studio.

Après quelques délibérations et recherches, j’ai franchi le pas et acheté un Sunstone 150 Pulse Arc Welder pour commencer mon voyage dans la micro-soudure. J’ai passé plus de six mois à travailler sur les différents réglages et à tester divers matériaux. Au début, la courbe d’apprentissage était abrupte car il y avait peu de ressources de soudage disponibles pour la bijouterie et la métallurgie. Après avoir passé beaucoup de temps à documenter mes progrès et à apprendre par essais et erreurs, j’ai commencé à incorporer avec succès la soudure à l’arc pulsé dans mon travail de production et mes réparations.

J’ai commencé par des tâches simples comme fermer des anneaux de saut, réparer des maillons de chaîne, redimensionner des anneaux et réparer des pièces coulées. Au fur et à mesure que je me sentais plus à l’aise et plus confiant, j’ai commencé à incorporer la soudure dans d’autres projets pour compléter certaines étapes. L’un des premiers grands avantages que j’ai découverts a été la possibilité de souder des pièces en place avant de les souder, ce qui a été extrêmement bénéfique car cela a éliminé le besoin d’utiliser du fil de fer.

J’ai donc créé une série de formes sculpturales en utilisant des feuilles d’argent fin de calibre 30. En règle générale, l’utilisation d’un matériau aussi fin ne serait pas possible dans le cadre d’un assemblage par soudure traditionnel, mais la soudure présentait une opportunité unique. Les composants durcis par le travail ont pu conserver leur solidité parce que le processus de soudage n’a pas recuit le matériau. Cela m’a également permis de polir à l’avance des pièces qu’il aurait normalement été difficile de traiter après l’assemblage.

Dans les premières pièces que j’ai créées pour cette série, les soudures ont été intégrées à l’esthétique de la conception. Je me suis efforcé de mettre en valeur l’assemblage et la précision des soudures en veillant à ce qu’elles restent visibles dans les pièces finales. Plus je pratiquais, plus je m’efforçais de fondre les soudures dans la surface pour créer une illusion de formes argentées solides et sans soudure. Ce processus était difficile car il nécessitait une plus grande attention à la structure de la soudure et à la façon dont le matériau se fondait. Cela m’a amené à commencer à utiliser le remplissage par fil métallique comme moyen de construire le joint, et j’ai continué à m’entraîner à travailler la soudure en comprimant le métal à l’aide d’une pièce à main de marteau pour aider à le préparer au ponçage et à la finition. Avec beaucoup de pratique, ce processus est devenu une seconde nature, et je l’utilise maintenant régulièrement lorsque je soude pour aider à sécuriser et à estomper toutes mes coutures.

En peu de temps, j’ai trouvé mon rythme de croisière avec la soudeuse et elle est rapidement devenue un outil indispensable à mon travail. Sa valeur et son utilisation augmentant dans mon atelier, il a commencé à attirer l’attention d’autres bijoutiers de ma communauté lorsqu’ils me rendaient visite, ce qui a donné lieu à de nombreuses demandes de renseignements sur son utilisation. Face à ce nouvel intérêt, j’ai décidé de mettre ma soudeuse à la disposition d’autres personnes qui étaient curieuses de l’essayer ou qui l’envisageaient activement pour leur studio. J’ai commencé à donner des cours de base et mon intérêt pour l’éducation des autres s’est accru.

À cette époque, j’ai également transformé mon studio privé en un atelier de bijouterie communautaire partagé et en un espace d’éducation, appelé The Bench. Mon objectif était de fournir des ressources, des instructions, des opportunités d’enseignement et des espaces de travail aux étudiants, aux bijoutiers et aux métallurgistes locaux. J’ai commencé à développer du matériel pédagogique pour le soudeur à l’arc pulsé et à dispenser des cours à la fois au Bench et en déplacement dans des entreprises locales et lors de conférences nationales. Grâce à un meilleur accès à une communauté de plus en plus intéressée par le soudage, j’ai constaté que de plus en plus de personnes commençaient à me contacter directement pour se renseigner sur les possibilités de voir les machines en personne et de les tester dans le cadre de leurs projets spécifiques. Je savais alors que cet outil ferait partie intégrante, non seulement de ma pratique individuelle, mais aussi de mon travail dans le domaine de l’éducation, qui prenait rapidement de l’ampleur.

En tant que praticienne, et maintenant éducatrice, mon intérêt pour devenir une source d’information et de dépannage pour les autres ne cesse de croître. Le fait de savoir le temps qu’il m’a fallu pour devenir compétent me motive à aider les autres à progresser plus rapidement dans leur parcours d’apprentissage. En ce qui concerne les outils eux-mêmes, il y a eu tellement de progrès depuis que j’ai commencé que je me demande souvent où vont aller les technologies. Avec chaque nouveau modèle, j’ai vu les soudeurs à l’arc pulsé devenir plus polyvalents et plus conviviaux. J’ai également constaté que le potentiel d’innovation n’est pas seulement entre les mains des fabricants, mais aussi entre celles des praticiens eux-mêmes. Lorsque l’on comprend la machine et que l’on a une idée claire de ce que l’on veut réaliser, il devient possible de développer ses propres innovations qui fonctionnent en même temps que la soudeuse et qui augmentent sa valeur et son application. Grâce à la création de gabarits, de compléments et d’outils supplémentaires pour des types de travaux spécifiques, j’ai pu résoudre des problèmes quotidiens, augmenter ma productivité et améliorer la qualité de mon travail.

Dans l’ensemble, mon parcours avec le soudage à l’arc pulsé m’a donné tant d’occasions d’être créatif, de résoudre des problèmes et de développer de nouvelles techniques que je recommanderais vraiment cet outil à toute personne intéressée par l’approfondissement de sa pratique. En fin de compte, je pense que l’intégration de cette technologie aux techniques traditionnelles offre un potentiel infini et, comme la communauté des praticiens continue de s’agrandir, je trouve qu’il est encore plus excitant de travailler avec ces outils, d’apprendre les uns des autres et de trouver des moyens de contribuer à l’ensemble du domaine.

Join the Club

Like this story? You’ll love our monthly newsletter.

Karoline G.

Karoline G.

Comments

You may also like

Les ventes de De Beers chutent en raison de la faiblesse persistante du marché