N’achetez pas de diamants de sang ! exhorte Martin Rapaport au salon JCK

jck breakfast martin rapaport image

Au cours du petit déjeuner annuel de Rapaport, organisé dans le cadre de l’important événement JCK de Las Vegas, Martin Rapaport, président du groupe Rapaport, s’est adressé à un auditoire nombreux pour évoquer les problèmes cruciaux auxquels est confrontée l’industrie du diamant, en mettant l’accent sur l’approvisionnement éthique et l’éducation des consommateurs. Exhortant son auditoire à « vendre de la valeur et non du prix », Rapaport a donné des conseils clairs sur les meilleures pratiques, en déclarant catégoriquement : « Restez naturel ! »

Le petit-déjeuner s’est ouvert sur les réflexions des conférenciers invités Mmetla Masire, directeur général de l’Okavango Diamond Company, et Maksud Agadjani, fondateur de TraxNYC Bijoux sur mesure.

Partageant son lien personnel avec l’industrie, Masire a déclaré : « Je suis un produit des diamants », illustrant les impacts socio-économiques positifs que les diamants ont eu sur le développement du Botswana. Il a souligné l’importance de la provenance, de la traçabilité et de la bonne information des consommateurs comme piliers pour renforcer la confiance des consommateurs et s’assurer que les diamants sont une force pour le bien.

Agadjani a contribué à la discussion, en soulignant le rôle critique des médias sociaux dans la formation des perceptions, et le besoin urgent pour l’industrie du diamant d’utiliser des plateformes de communication modernes pour éduquer et s’engager auprès des jeunes consommateurs.

L’engagement de Rapaport à promouvoir des pratiques éthiques au sein de l’industrie du diamant était palpable lorsqu’il a lancé un puissant appel à l’intégrité et à la responsabilité éthique. Se mettant à genoux, Rapaport a supplié les participants : « N’achetez pas de diamants de sang ! Sachez d’où viennent vos marchandises ! » Il a souligné la nécessité d’effectuer des achats responsables, en insistant sur l’impact profond des diamants sur les sociétés et les économies, et a exhorté l’industrie à donner la priorité à des pratiques transparentes et éthiques. « Nous devons créer de la crédibilité ; nous devons créer de l’honnêteté ».

Retour en haut